Une rationalisation des structures institutionnelles de la Belgique.

Personne ne niera que notre pays ait atteint les sommets d’une architecture institutionnelle quasi illisible. Son coût est énorme, sans doute des milliards d’euro. Dans le contexte compétitif mondial, ce « luxe », la Belgique aura de plus en plus de peine à le supporter. Au surplus, le citoyen se pose de plus en plus de questions, quant aux charges que génère l’ineffable complexité institutionnelle de notre pays.

Dans cet esprit, l’on pourrait élaguer la structure fonctionnelle de notre pays de multiples façons. Que suggérer ? Notre liste est loin d’être exhaustive :

  1. Réduire le cabinet ministériel fédéral de 15 à 9 membres ainsi que la suppression des secrétaires d’Etat
  2. Supprimer tous les organes provinciaux, à l’exception des Gouverneurs, qui resteraient en charge de la protection civile en concertation avec le ministère de l’intérieur et de la promotion culturelle et touristique de la province en liaison avec la Région.
  3. Abroger les 2 Communautés avec leurs parlements respectifs dans la perspective d’une Région Bruxelles-Capitale quadrilingue.
  4. Suppression progressive (endéans 5 législatures) des cabinets-ministériels (et de tout « cabinet »), sauf pour le Premier Ministre et les ministres-présidents.
  5. Regrouper les Parquets dans les 5 Offices de Procureurs Généraux et réduire le nombre d’arrondissements judiciaires à 15, toutes les justices de paix étant en principe maintenues.
  6. Fusionner les 19 communes de l’agglomération bruxelloise et rattacher les 6 communes à facilités et quelques communes périphériques flamandes et wallonnes à la Région Bruxelles-Capitale en y instaurant un régime linguistique quadrilingue (ce qui résoudrait 80 % de nos différends linguistiques).
  7. Mieux délimiter les compétences respectives fédérales et régionales, dont certaines seront à refédéraliser (quitte à les « décentraliser » dans l’un ou l’autre cas, (par exemple le commerce extérieur), le tout pour éviter les conflits de compétences.
  8. Rattacher les inspecteurs des finances à la Cour des Comptes au sein duquel serait crée un bureau conseil de haut-niveau en remplacement des multiples instances utilisées par chaque département ministériel.
  9. Supprimer et/ou regrouper certains établissements parastataux et nombre d’asbl publiques ou encore les intégrer dans les services publics ordinaires.
Rationaliser les méthodes de travail de l’Administration (accueil, réponse obligatoire dans un délai fixe, éliminer les « petits » impôts, appliquer strictement la réglementation sur les marchés publics, etc.)

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir