Extrait d'une lettre adressée par Me S.

 « Inscrit au tableau des avocats, j’exerce principalement la fonction de conseiller suppléant à la Cour d’Appel. Je ne partage nullement dans les conclusions de votre article sur « Une justice sous influence au plus haut niveau », car je n’ai jamais eu le sentiment que la justice soit sous influence ».

Note de l’éditeur :

L’incident mettant en cause le 1er président de la Cour de Cassation dans l’affaire Fortis révèle des influences extérieures au plus haut niveau de notre système judiciaire. Le fait qu’un homme politique ou haut fonctionnaire est exceptionnellement condamné à une peine ferme de prison, quoiqu’il soit reconnu coupable de corruption, d’abus de biens sociaux et/ou de détournement de fonds tend également à douter de la « sérénité » de la justice en prononçant des peines avec sursis. Dans certains arrondissements naguère, le fait qu’un justiciable entretenait des liens avec l’Opus Dei ou la franc-maçonnerie jouait un rôle important quant à l’issue d’une procédure, etc. etc.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir