Le patient face au médecin.

Les études visant à lutter contre l’augmentation du coût de la sécurité sociale sont le plus souvent pessimistes, quoiqu’elles omettent habituellement le rôle que peut jouer le patient à cet effet.

D’une manière générale, le patient aide le médecin à diagnostiquer ce dont il se plaint. Par la suite, il contribue à éclairer le médecin sur l’efficacité du traitement qui lui a été prescrit. Il est donc essentiel que le patient expose d’une façon aussi précise que possible ce qu’il ressent et réponde clairement aux questions que le médecin lui pose. Il convient donc de « conserver la tête froide » autant que possible, lors de ses entrevues avec le corps médical, et ce, dans l’intérêt des deux parties.

Un tel état d’âme est surtout important si le médecin (généraliste ou spécialiste) recommande une opération chirurgicale, voire une intervention bénigne. Nous connaissons le cas d’une personne à laquelle la « faculté » avait suggéré l’ablation de la vésicule biliaire, une prothèse au genou et une opération de la cataracte, qu’elle a toutes refusées, ce qui ne l’a pas empêché de se nourrir pratiquement comme tout le monde, de marcher plus ou moins normalement et jouir de la même visibilité qu’auparavant (dix ans plus tard).

Sur base de ce cas plutôt exceptionnel, on peut estimer qu’un pourcentage non négligeable d’actes médicaux pratiqués dans notre pays - mais nous supposons ce constat applicable ailleurs - sont superflus. A ce niveau là aussi des économies sensibles peuvent être réalisées. Certes, un patient ne doit pas systématiquement rejeter tout traitement prescrit par le médecin. Dans la mesure du possible cependant, il a intérêt de s’informer dans son milieu sur les résultats de telle ou telle prescription ou de telle ou telle opération avant de donner son assentiment. Nous disons bien « dans la mesure du possible », sachant qu’en cas d’urgence, par exemple, le sort du patient est confié à la faculté, qui agira dans ce cas en toute indépendance et en âme et conscience

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir