Vers un dialogue politique mature !

(extrait et traduit du « Times » paru à Malte le 1er décembre 2010)
 

L’inquiétude récente du Premier Ministre concernant la détérioration de la qualité des dialogues politiques à Malte est plus que justifiée et  constitue une vraie cause de souci.

Ceux qui sont assez âgés pour se rappeler les différents problèmes politiques que Malte a connus s’inquiètent en observant la politique maltaise régresser ainsi. Cette évolution doit nous mettre en garde contre les  dangers inhérents de l’intolérance et du manque d’égard  envers  ceux qui ont une opinion différente.

Afin d’obtenir un dialogue politique plus sain et plus mur,  il faut considérer l’exposé  d’opinions politiques différentes et même contradictoires comme un enrichissement de la vie politique,  étant réellement l’essence de la démocratie.

Ceux qui ont le privilège d’appartenir au monde politique devraient donner le bon exemple. Ils devraient tout d’abord éviter un vocabulaire dénigrant vis-à-vis d’un adversaire politique.    J’ai souvent entendu, par exemple  des politiciens traiter leurs opposants de « nos ennemis politiques ».  Ce langage est nocif et négatif pour tout le monde.

Nous devons également éviter les  partis-pris.  Y a-t-il des gens assez stupides pour croire que le progrès politique maltais est le monopole d’un seul parti ?

Attaquer un parti politique aujourd’hui pour ce qui s’est passé il y a des décennies est simplement injuste et pas du tout démocratique.  Les partis politiques ont changé et les hommes aussi.  Considérer le parti opposé comme étant celui qui retarde le progrès est destructif et superficiel, digne d’un état totalitaire et non démocratique.

Un autre problème  est les « phone-ins » à la radio pendant les programmes politiques.

Les commentaires de certains programmes sont tellement pauvres  qu’on croirait entendre des programmes d’il y a des décennies.

 N’est-il pas plus agréable d’écouter des débats politiques qui sont objectifs et équilibrés, et dont le contenu est tolérant et constructif ?

Les mêmes arguments valent pour les nouvelles répandues par les médias diffusées par le parti politique majoritaire.

Le même argument s’applique à l’information disséminée par les médias de la plupart des partis politiques.  C’est regrettable qu’une grande partie des nouvelles ne soit autre qu’un portrait négatif du parti politique opposé et ses dirigeants.  Ce serait tellement  plus réconfortant, aussi en termes politiques que l’information revête un caractère constructif plutôt que passer son temps à attaquer les partis de l’opposition.

Des électeurs indécis seront toujours plus impressionnés par un travail positif et concret d’un politicien que par des critiques destructives à l’encontre des adversaires politiques.  Finalement, l’aspect le plus important d’un dialogue politique plus mature est la qualité des discours politiques, et spécialement ceux du Premier Ministre et du Chef de l’opposition. Lawrence Gonzi et Joseph Muscat devraient être félicités de leurs efforts en faveur de l’amélioration  des dialogues politiques.  Le Premier Ministre devrait être loué d’avoir eu le courage de s’excuser après une bavure dans laquelle  il employa un vocabulaire tout à fait inapproprié,  prétextant notamment sa position élevée comme leader du pays.  Le chef de l’opposition par contre, mérite des applaudissements pour ses appréciations continues du bon travail du gouvernement nationaliste.

La grande majorité du peuple maltais apprécie le fait que la violence politique fait partie du passé. Continuons ainsi, afin de développer un dialogue politique mature !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir