La Grèce, un cas insoluble ?

Ayant mené des négociations qui au départ n’avaient aucune chance d’aboutir, le gouvernement grec a lancé un référendum sur l’Euro en l’espace de 8 jours

Dans l’hypothèse où cette consultation arbitre en faveur de maintien de l’Euro au sein de l’U.E., qu’elles en seront les conséquences ?

Un premier point est acquis : le oui obligera les Premier Ministre d’offrir sa démission, car pareil vote implique une diversion de l’actuelle fragile majorité Syriza qui sera invité à former un gouvernement de coalition et qui aura le mérite d’être soutenu par une majorité plus diversifiée et donc moins fragile.

Dans cette perspective, l’avenir de la Grèce serait préservé.

Ce qui nous attriste est le fait qu’au cours des 5 dernières années, très peu a été réalisé par les gouvernements grecs successifs, celui de Tspiras y compris.  On aurait pu réformer l’Administration publique, élaborer une législation qui s’appliquerait à l’ensemble des contribuables, une sécurité sociale plus équitable.  Et ils ont eu 5 ans pour le faire !

Or, il aurait suffi de prélever 5% du  capital des sociétés durant 2 ans et des investissements privilégiés pour compenser le coût des mesures d’austérité.  On a préféré continuer à consacrer des centaines de millions d’euros en dépenses inutiles.

Or, il y avait une possibilité  d’imposer le paiement de la taxe sur le capital.  Tout contribuable qui n’était pas en état de la faire, bénéficierait d’un délai de 18 mois pour ce faire, moyennant une amende de 10%.  En cas de non-exécution, le contribuable serait dessaisi de son ou de ses biens.

A. Considérations générales

  1. Quels que soient les résultats des négociations avec l’Europe sur la dette publique, il est impératif pour le peuple grec d’écourter les lourdes charges financières de l’Etat.
  2. Pour ce faire, il y aura lieu de percevoir des impôts, une tâche particulièrement difficile vu que le système fiscal rongé par la corruption
  3. La seule voie possible, selon nous, est un impôt général et raisonnable sur les actifs, appliqué uniquement aux couches sociales disposant de ressources.  En d’autres termes, quelque 40 % de la population.  Les 60 % autres retrouveraient leur niveau de vie d’avant la crise d’ici fin 2015.  Et ce « one shot » ferait l’objet d’une évaluation dès l’année suivante.

B.  Taxation des biens et revenus

1.  Biens immobiliers

a)  maisons

ü  d’une superficie habitable de 180 m2 avec piscine            3.000 €

ü  d’une superficie habitable de 220 m2 avec piscine 3.500 €

ü  d’une superficie habitable de 250 m2 avec piscine 4.000 €

ü  d’une superficie habitable de plus de 250 m2 avec piscine 5.000 €

b)  appartements

ü  d’une superficie habitable de 90 m2 minimum  2.000 €

ü  d’une superficie habitable de 120 m2 minimum 2.500 €

ü  d’une superficie habitable de 150 m2 minimum 3.000 €

ü  d’une superficie habitable de plus de 150 m2  3.500 €

2.  Yachts

ü  valeur 3.000 € minimum  1.000 €

ü  valeur de 3.000 € à 5.000 € :   2.000 €

ü  valeur de 5.000 € à 10.000 € :  3.000 €

ü  valeur de 10.000 € à 20.000 € :  4.000 €

ü  valeur de 20.000 € à 50.000 € :  5.000 €

ü  valeur de 50.000 € à 100.000 € : 7.500 €

ü  valeur de 100.000 € à 250.000 € :  10.000 €

ü  valeur de 250.000 € à 500.000 € : 15.000 €

ü  plus de 500.000 €   :  20.000 €

3.  Entreprises

  1. avec un employé       2.500 €
  2. avec 2 à 5 employés  3.000 € (par employé)
  3. avec 6 à 10 employés 5.000 € (par employé)
  4. avec 11 à 20 employés 7.500 € (par employé)
  5. avec 21 à 50 employés  10.000 € (par employé)
  6. avec 51 à 100 employés 15.000 € (par employé)
  7. plus de 10 employés  20.000 € (par employé)

4.  Professions libérales (dans le secteur privé)

ü  âgé de 25 à 35 ans    10.000 €

ü  âge de 35 à 45 ans    20.000 €

ü  âgé de 45 à 55 ans    30.000 €

ü  âgé de 55 à 65 ans    40.000 €

5.  Etablissements religieux

a)  églises – synagogues – mosquées

ü  zones rurales et villes de moins de 3.500 habitants                       1.000 €

ü  villes de 3.500 à 5.000 habitants      2.500 €

ü  villes de 5.000 à 10.000 habitants    5.000 €

ü  villes de 10.000 à 20.000 habitants  15.000 €

ü  villes de 20.000 à 50.000 habitants  20.000 €

ü  villes de 50.000 à 100.000 habitants              30.000 €

ü  villes de 200.000 à 500.000 habitants  40.000 €

ü  plus de 500.000 habitants                      50.000 €

b)  monastères

ü  plus de 20 personnes            5.000 €

ü  de 20 à 35 personnes                        10.000 €

ü  de 35 à 50 personnes                        20.000 €

ü  de 50 à 75 personnes                        30.000 €

ü  de 75 à 100 personnes          40.000 €

ü  plus de 100 personnes          50.000 €

c)  marine marchande (par navire)

ü  navire de 3.000 à 5.000 tonnes        10.000 €

ü  navire de 5.000 à 10.000 tonnes      20.000 €

ü  navire de 10.000 à 20.000 tonnes    30.000 €

ü  navire de 20.000 à 50.000 tonnes    50.000 €

navire de 50.000 à 100.000 tonnes   75.000 €

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir