Un marché commun avant la lettre :le Royaume sous le règne de François 1er

La France dont a hérité François Ier était un royaume morcelé en une multitude d’Etats vassaux, disposant chacun de leurs lois et règlements.  En cela, ce pays représentait une image qui n’était guère différente de celui de ses voisins allemand, Italien ou espagnol. 

Seule l’Angleterre avait réussi à placer les autorités locales sous l’égide de leur souverain ou souveraine, et ce, à l’occasion d’une révolution populaire.  François I chercha à obtenir l’allégeance d’une majorité de la noblesse, tout en respectant une certaine latitude dans le domaine législatif régional.

Il imposa néanmoins progressivement les pouvoirs régaliens :

  1. la monnaie
  2. la perception des impôts nationaux
  3. le budget ou ce que l’on pouvait considérer comme tel
  4. les juridictions nationales
  5. le libre-échange entre les principales régions
  6. l’unité de commandant des armées
  7. un certain contrôle aux frontières extérieures
  8. et surtout le langage commun qui est la langue française

Toutes ces mesures renforcèrent la position de la France : augmentation de la productivité, une plus grande visibilité internationale, un rayonnement plus grand de son savoir et de ses apports.

L’essor culturel de la France date de cette période.  La culture est devenue même une seconde nature de ce pays.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir