Edition spéciale consacrée aux attentats djihadistes.

1. La Capitale du Royaume de Belgique pourra se doter d'une nouvelle étiquette : la Capitale des attentats djihadistes. Avec ses 32 victimes et 350 blessés, notre pays n'avait jamais connu cela avant le mardi 22 mars 2016.

L'on devrait se demander ce qui a déclenché cette vague d'attentats. Est-ce que nos services de renseignements ne se doutaient pas de l'éminence de ces opérations, lorsque le Premier Ministre déclara en fin d'interview la veille qu'il s'attendait à d'autres interventions. Mais s'attendait-il à des attentats d'une telle ampleur ?

Ceux-ci ne sont pas innocents. Ils vont amener nos gouvernements démocratiques à prendre des dispositions qui restreindront nos droits élémentaires. Sécurité d'abord. Ensuite on verra ... ! Cette situation inconfortable, nous la subirons des années encore. Il faudra cependant en finir d'une façon ou d'une autre. Comment ?

a) contraindre le Président Bachar El Assad à la démission endéans les 6 mois. Avoir sur sa conscience 260.000 victimes doit suffire.
b) mettre fin à l'Etat Islamiste, le Daech, endéans l'année en reprenant la ville de Rakha et le centre industriel de Mossoul. Gagner 20% ou 30% du territoire n'est guère suffisant
c) confier à des puissances occidentales les activités clefs de l'économie syrienne durant 3 ans minimum pour conjurer la corruption.

Il convient en dernier lieu de réunir les différentes tendances religieuses musulmanes – ils le seraient déjà au sein du gouvernement – afin de tenter un consensus sur un nombre de points, comme ce fut le cas lors du deuxième concile après la Seconde Guerre Mondiale.

2. L'arrestation vivante de Salah Abdeslam à laquelle on ne s'attendait pas de sitôt, a le mérite de permettre aux autorités policières belgo-françaises de parachever la riposte à tout un réseau et dès lors la capacité de prévenir d'autres attentats.

3. Il est non sans intérêt de savoir que les radicaux arabes à Jérusalem-Est ont causé la mort à 107 habitants, cd. un nombre presqu'équivalent à celui des victimes du 13 novembre 2015 à Paris.

4. Un éditorial de « La Libre Belgique » du 21 mars dernier assimile le sort des prisonniers arabes détenus par Israël à des personnes auxquelles les droits élémentaires de l'Homme sont déniés. Cette comparaison est totalement contraire à la réalité. Ces prisonniers ont été condamnés pour meurtre ou tentative de meurtre et sont donc des radicaux de la pire espèce, comme le démontre les assassinats du début de l'année à Jérusalem. Il faut également savoir que les autorités israéliennes mettent à la disposition de ces mêmes personnes avocats, tribunaux et associations de défense, toute chose inconnue dans la plupart des Etats musulmans du Moyen-Orient.

5. Les autorités judiciaires israéliennes ont condamné à la perpétuité les deux jeunes gens qui ont brulé vif un Palestinien de Jérusalem après l'avoir abattu. Une première certes, mais qui va au-delà des habituels privilèges dont les Israéliens bénéficiaient lors de leurs tentatives d'exaction vis-à-vis de la communauté musulmane.

6. Les Kamikazes terroristes ont perpétré deux attentats qui se sont soldés chacun par plus de 100 victimes, l'un à Bagdad, l'autre au Yémen. A quoi bon ? Ne peut-on imaginer une autre finalité dans notre société ?

7. Il est aussi indispensable que les personnalités musulmanes modérées unissent leurs forces pour faire évoluer la religion de Mohamed vers une doctrine plus pragmatique, conforme aux réalités d'une société moderne. Une tâche des plus délicates vu les croyances incompatibles avec les principes élémentaires d'une démocratie. Nous pensons aux autorités européennes qui devraient soutenir financièrement ce mouvement dans chacun des Etats-membres de l'U.E.

8. Une information exceptionnelle nous a été transmise par une chaîne de télévision française : 20% à 30% des militants de Donald Trump n'ont en principe jamais voté lors des élections présidentielles, estimant sans doute que quel que soit le candidat élu les choses resteraient dans leur état. Si cette frange d'électeurs se manifeste maintenant, c'est la peur qui les incite, une peur qui en réalité est imaginaire, comme l'a exprimé le Président Obama dans une allocution récente :

• les Etats-Unis ne subissent aucune invasion de réfugiés musulmans
• les Etats-Unis disposent des forces armées les mieux équipées du globe et y consacrent un budget équivalent à celui de tous les autres Etats, la Chine et la Russie inclues.
• le problème de l'immigration clandestine mexicaine est un vieux problème que l'on combat tant bien que mal depuis des décennies
• mépriser la femme est une grave erreur. Elle contribue de plus en plus aux besoins de notre société. Réduire leur apport à la progéniture, comme c'est le cas dans la plupart des pays musulmans, serait une perte considérable pour l'Occident.

Il est donc essentiel que le corps électoral américain se ressaisisse et évacue cette peur sans objet.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir