La notion du risque à travers le monde.

L’un des facteurs de distorsions en matière de financement est imputable à une conception quelque peu différente de la notion de risque d’une région du globe à l’autre.  Trois exemples : le Nord de l’Europe, le Sud de l’Europe et l’Amérique du Nord.

1.  Dans le Nord de l’Europe (Belgique incluse), le gestionnaire est préoccupé en premier lieu par la surface financière que représentent les garanties octroyées par le débiteur.  C’est en fonction de la valeur de ces garanties au jour de la demande du crédit et en proportion selon la nature du bien que le créancier fixe la ligne de crédit ou la rejette tout simplement.

2.  Dans le Sud de l’Europe, l’institution sollicitée considère davantage la faculté de remboursement du crédit.  Plus celui-ci est disponible, plus le créancier sera rassuré.  Cette position est donc très distincte de la précédente qui en principe ne s’inquiète pas si le crédit est remboursé, puisqu’il détient une garantie généralement largement suffisante.  Il est vrai que le créancier part d’un point de vue qui lui est propre : un crédit ne doit être remboursé que si le créancier l’exige.

3.  En Amérique du Nord, le créancier mise avant tout sur sa capacité d’expansion dans les affaires.  Il laisse une large marge de manœuvre à cet égard.  Que le débiteur use un maximum la ligne de crédit qui lui est octroyé, tant mieux !  De fait, les échecs sont devenus plutôt rares, car les chefs d’entreprises s’entourent d’experts de plus en plus qualifiés.

Aussi, la proportion des crédits exigés par rapport au capital net investi ne cesse de diminuer, de sorte que le crédit perd de son importance au profit de la caution personnelle qu’on réclame nécessairement à chaque octroi d’un crédit.  Ce qui explique en partie le dynamisme de l’économie nord-américaine.

Comment les entreprises réagissent à un tel concept ?

  1. Nord de l’Europe : les créanciers ont tendance à ne pas réclamer le remboursement de la dette, qui s’éteindra d’elle-même avec le temps
  2. Sud de l’Europe : par contre dans le Sud de l’Europe, on s’efforcera de récupérer les sommes empruntées selon les prescriptions du prêt
  3. Amérique du Nord : l’on ne se préoccupera pas trop de l’endettement.  Pour le créancier nord-américain, l’expansion de l’entreprise est prioritaire.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir