La recherche de l'indépendance, une tentative vaine selon la stratégie adoptée par l'aile radicale des Palestiniens.

La diaspora israélite et une bonne moitié de la population israélienne épousent la revendication palestinienne en faveur de l’idée de deux Etats à créer sur le territoire d’Israël, de la Cisjordanie et de la Bande de Gaza.

Depuis la résolution de l’ONU en 1948, octroyant  -  ce qui est un fait rarissime en politique internationale  -  à partir d’un territoire (sous mandat britannique), l’indépendance d’une partie de ce qu’on avait dénommé la Palestine aux habitants qui y vivaient, un effort qui fut refusé à ce jour où des jeunes palestiniens attaquent les forces armées israéliennes par des jets de pierres et s’attaquent au couteau à des résidents juifs, à Jérusalem principalement.  Les dirigeants palestiniens ont obtenu une certaine autonomie (les Accords d’Oslo de 1993), mais rien de plus.

Comme certains de nos syndicats, s’agiter, dénoncer, organiser des grèves et des séquestrations, depuis le changement de gouvernement il y a un an, n’ont obtenu aucun résultat tangible, de même les violence – notamment les deux Intifada – n’ont réussi à faire changer d’avis les gouvernements israéliens, alors que ceux-ci ont procédé à l’évacuation des territoires occupés en Egypte et au Liban et étaient prêts à le faire pour le plateau du Golan dans le cadre d’un traité donnant un statut spécifique aux citoyens juifs, exploitant ce territoire, et ce aussi dans le but de sécuriser Israël.

L’octroi de l’indépendance à la Cisjordanie pose plusieurs problèmes, ceux-ci ayant acquis un aspect de moins en moins plausible vu la dégradation de la situation au Moyen-Orient :

  1. la Cisjordanie a été initialement un territoire occupé et habité par des tribus juives. Du reste, elle révèle de nombreux vestiges de cette présence
  2. la Cisjordanie n’a jamais été un territoire distinct indépendant.  Elle faisait partie de l’Etat Ottoman et la région constituée par Israël avec la Cisjordanie étant désignée comme étant la Palestine.
  3. vu l’état de guerre entre Israël et ses voisins, les Israéliens ont colonisé une fraction de la Cisjordanie, une fois que celle-ci eut été conquise suite à la Guerre des Cent Jours en 1963, de manière à renforcer leurs défenses face à la Jordanie et à la Syrie.
  4. les gouvernements israéliens ont continué à coloniser ce territoire avec des implantations sur des terres, soit abandonnées, soit achetées dûment à des propriétaires arabes.
  5. ce n’est qu’exceptionnellement que l’Etat hébreu occupe et installe des implantations sur des terres appartenant à des propriétaires arabes, mais il s’agit en règle générale des propriétés pas ou mal cadastrées (il n’y a pas de véritable cadastre en Cisjordanie).

Ironiquement, les Palestiniens jouissent en principe de plus de droits que leurs « frères » des Etats arabes d’Afrique du Nord ou d’Asie Mineure.  En outre,  ils recherchent,  dans la mesure du possible,  un emploi en Israël ou dans une société israélienne établie à la frontière entre les deux Régions, car leur salaire y est nettement supérieur à celui chez eux.

Enfin, suite aux attentats passés et actuels, les Palestiniens subissent cependant les aléas du mur qui a été construit à la délimitation du territoire.  Ils connaitront d’autres aléas avec la construction prochaine d’un mur séparant les résidents de Jérusalem et du reste du pays.

Pour sortir de cet impasse, B.T.T. conseille aux autorités palestiniennes :

  1. de rechercher un statut d’autonomie complète
  2. d’ordonner l’arrêt de toute activité hostile à l’égard des citoyens juifs
  3. d’harmoniser autant que possible ses activités économiques avec celles en Israël
  4. de veiller que l’on élimine dans l’éducation toute référence inconvenante à Israël
  5. d’établir pour un période transitoire un statut de marché commun avec Israël dans l’espoir de l’étendre aux pays voisins
  6. naturellement, la défense et la politique étrangère resteront une responsabilité israélienne, quoi que l’Autorité Palestinienne  puisse conclure des accords culturels avec des Etats étrangers.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir