Propos impertinents 18 octobre 2016

1.  Le décès le lundi 27 septembre dernier de Shimon Pérès dernier fondateur survivant de l’Etat d’Israël, a réveillé les consciences, même chez certains arabes. 

Hommes d’idées, il était un conseiller très écouté.  Il était avant tout un Israélite attaché aux enseignements profonds de la religion juive et tenta de les appliquer à son pays.  Rappelons en les principaux :

  1. le peuple juif ne peut et ne veut dominer un autre
  2. bien que chaque congrégation religieuse exerce ses propres règles en matière de droit des gens, les institutions doivent respecter le plus rigoureusement possible les normes démocratiques
  3. le peuple israélien ne recherche pas la création d’un Etat souverain, mais se satisfait d’une large autonomie (« homeland »).  Du reste, des implantations juives s’installèrent dans l’empire ottoman fin du XIXème siècle par l’achat de terres aux propriétaires arabes.
  4. c’est suite au retrait des Britanniques de la Palestine en 1947 que la communauté juive locale a été contrainte de créer un Etat souverain et indépendant reconnu par les Nations-Unies, mais établi sur les seules terres acquises ou non-cadastrées, un fait unique dans l’histoire humain.
  5. c’est à nouveau en raison de la guerre provoquée par ses voisins que l’armée israélienne s’empara en 1967 de plusieurs régions contrôlées par les Etats arabes dont la Cisjordanie
  6. c’est en raison de la haine destructive de ses voisins qu’Israël jugea nécessaire pour sa défense de conserver à ce moment-là les territoires conquis en érigeant des villages dans les endroits stratégiques, plus spécialement autour de Jérusalem
  7. la Cisjordanie avait été colonisée par la Jordanie, ce qui posa un dilemme aux autorités israéliennes,  d’où la création de l’Autorité palestinienne en 1993.
  8. les négociations avec l’Autorité Palestinienne en vue d’un Etat démilitarisé échouèrent principalement, parce que celle-ci exigea que Jérusalem devienne la capitale des deux Etats.
  9. en tout état de cause, cette perspective est exclue aussi longtemps que les Etats arabes avoisinants n’adopteront pas des relations normales avec l’Etat d’Israël (1)
  10. in fine, il faudra un certain temps avant que l’Etat d’Israël n’octroie l’indépendance à la Cisjordanie et n’accepte une co-gestion pour la capitale d’Israël (2)

---------------------------

(1) Nous entendons par « normale » non seulement des relations diplomatiques et consulaires, mais surtout d’intenses relations commerciales, une étape importante pour dissiper la méfiance entre peuples.
(2) Si l’on constituait une fédération d’Etats au Moyen Orient, alias un marché commun, la ville de Jérusalem pourrait devenir un « district » distinct pour l’ensemble de la région.

--------------------------

Telle était sans doute la pensée de Shimon Pérès : signer au moment voulu un traité de paix avec les Palestiniens,  tout en veillant à assurer la sécurité de l’Etat d’Israël.

2.  Le débat entre les candidats à la Vice-Présidence des Etats-Unis, le 4 octobre dernier, fut plutôt équilibré, mais à l’avantage du Gouverneur républicain Pence.  Selon un sondage, 48% lui furent favorable contre 42% pour le sénateur Kaisin qui commit les mêmes erreurs que Donald Trump lors du premier débat avec Hilary Clinton : des interruptions répétées à l’encontre de la candidate démocrate et surtout à la fin de la rencontre, une déclaration sur une possible incapacité pour elle à diriger le pays. Le sénateur Kaisin ne put s’empêcher d’interrompre son rival à maintes reprises et déclara malencontreusement qu’il ne comprenait pas que Pence puisse être le « co-lister » du candidat Donald Trump.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir