Qu'entend-on par un service public efficace ?

Dans de trop nombreux pays, dont le notre, un service efficace n’est pas la préoccupation première du monde politique.  Pour celui-ci, il suffit qu’un service public existe et qu’il remplisse une mission plus ou moins bien définie que réclame le corps électoral à un moment donné.  Tout se passe comme si la bonne gestion d’un service public n’intéresse personne.  Nous avons vu jusqu’où cela pouvait nous conduire en Wallonie, mais il y eut des dérapages très graves aussi en Flandres et à Bruxelles.

La bureaucratie, un mal nécessaire ?

Note de réflexion inspirée par l'article de David Brooks
"The technology boom" paru dans l'International
Herald Tribune du 21 juillet 2010
                                                                                                           


Dans un Etat de droit que sont nos démocraties occidentales, toute intervention des pouvoirs publics, interdictions comprises, se réfère à un texte de loi (ordonnance, décret, directive, arrêté d’exécution, règlement intérieur, etc.). L’on ne peut donc concevoir une « bonne administration » d’un organisme public sans texte juridique qui en définit l’objet, l’organisation, les moyens et éventuellement les sanctions, en cas de non-respect.

Dépolitiser l'appareil de l'Etat, est-ce "pure illusion" ?

L’annonce d’envisager de nommer  80 dignitaires N-VA dans les hautes sphères des services publics et établissements parastataux fédéraux d’une part et l’attribution à la NVA d’une dotation de 5 millions d’euros à titre de financement public des partis politiques d’une part, nous laissent quelque peu sceptiques quant à la volonté de dépolitiser l’appareil de l’Etat, comme s’était engagé la plupart des partis politiques depuis plusieurs années.

La S.N.C.B. un exemple à ne pas suivre !

Les entreprises publiques constituent un sujet tabou dans notre pays.  Au nom du principe sacro-saint du service public qu’elles incarnent, elles sont inattaquables aux yeux de beaucoup d’entre nous.

En cas d'échec, comment réagit-on au niveau des pouvoirs publics ?

Dans le secteur privé de l’économie,  l’on rencontre plusieurs cas de figures, les principaux étant :