Ephémérides américaines

-  La « grande » nouvelle aux Etats-Unis est la chute du gallon d’essence au-dessous des 2 dollars, suite à la dégelée du pétrole de $ 107 à moins de $ 50 cd. la moitié du prix encore affiché au mois de septembre dernier.  Pareille décote allège le budget des ménages de plusieurs centaines de dollar, mais aussi celui des entreprises – hormis les sociétés pétrolières bien entendu – et le coût d’exploitation dans l’immobilier.

- La sécurité sociale aux Etats-Unis est considérée par nombre de citoyen comme un « scandale ».  Les interventions des tiers payants varient selon le contrat d’assurance.  Plus la prime est élevée, plus importantes seront les remboursements (80% maximum).  Néanmoins, aucune institution publique ne publie le coût d’une intervention chirurgicale à l’exception d’une seule qui affiche un prix de base de $2.500.    Signalons cependant que les retraités américains bénéficient d’un régime de faveur et que la population a accès à des services dispensés gratuitement par les chaines de distributions, telles les inoculations contre la grippe.

Réquiem pour les défenseurs d'une certaine conception de l'écriture.

Depuis la Seconde Guerre Mondiale, certains groupes organisés, soit en raison d’une idéologie extrémiste, soit par intérêt financier, ont contrôlé et contrôlent toujours des régions dont la population est en majorité inculte en Afrique et en Amérique Latine. 

Un "canard enchaîné" fiscal : le "ruling"

S’il est heureux que la presse ait révélé les pratiques (douteuses) des « rulings » accordés par divers pays, l’on est en droit de se poser certaines questions :

Une paix insaisissable.

 Depuis les accords d’Oslo le 13 septembre 1993, les autorités israéliennes et le mouvement du Fatah ont tenté de trouver un terrain d’entente en vue d’établir la paix et de créer un Etat palestinien englobant la Cisjordanie et la Bande de Gaza.

Un "service national", une alternative au chômage de longue durée.

A plusieurs reprises, le gouvernement et les partis politiques ont envisagé l’instauration d’un « service national » destiné aux adolescents qui ne comptaient pas poursuivre les études dans l’enseignement supérieur.