Ne faudrait-il pas rétablir le Comité Supérieur de Contrôle ?

A dater du 1er janvier 1996,  furent progressivement mis fin, d’une manière furtive, jusqu’en 2006, aux activités du Comité Supérieur de Contrôle (CSC).  Aucune raison à cette opération ne fut invoquée publiquement.  Toutes celles que nous avons pu recueillir manquent de pertinence.

En lieu et place, l’on a crée toute une série d’organes de contrôles en ordre  dispersé : les Comités P et R au Parlement, les multiples commissions d’éthique et de bonne gouvernance, etc, et ce, avec des succès divers.

Or, CSC avait une excellente réputation, ce qui n’est pas donné au sein de l’Administration publique.  Il était probablement le seul organisme qui pouvait prétendre être « indépendant » et « incorruptible ».  Du reste, nombre de ses membres sont devenus des magistrats hautement appréciés.

Pourquoi dès lors ne pas rétablir le CSC ?

Les « affaires » du genre « Carolo », par exemple,  n’auraient pu se développer.  Beaucoup de litiges dans lesquels est impliquée une administration publique – ou l’un de ses fonctionnaires – auraient été élucidés plus rapidement et sans interférence politique.

Ce qui plus est, CSC était composé d’un corps restreint d’inspecteurs.  Mais le seul fait d’exister avait un effet dissuasif.  Si le CSC était reconstitué dans le même esprit qu’à l’époque, il permettrait d’économiser nombre d’organismes dotés d’une mission similaire, quoique ne disposant pas d’un personnel aussi qualifié, sauf exceptions.

Nous formons l’espoir que cette chronique suscitera la réflexion auprès des autorités concernés.    L’impact budgétaire  d’un CSC bis pourrait s’élever  à plusieurs centaines de millions par an.  Il n’est jamais trop tard pour bien faire !

Commentaires  

 
#3 Cumuleo 22-03-2014 08:11
Le Comité Supérieur de Contrôle a été supprimé pour de mauvaises raisons. Il serait effectivement très important de le réactiver. Le monde politique et administratif belge a besoin de regagner la confiance des citoyens. Se doter d'organes de contrôles qui font preuve d'une réelle indépendance fait partie de l'arsenal nécessaire pour tenter de regagner cette confiance.
Citer
 
 
#2 bruno Delabie 16-04-2011 10:17
tout à fait d'accord . Une bonne centaine de millions au moins sans compter l'aspect dissuasif incalculable
Citer
 
 
#1 chantal.hebette 09-05-2010 21:09
Qui êtes vous?

Je partage entièrement votre point de vue sur le CSC
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir