Le mieux est l'ennemi du bien !

Nous vivons, tout au moins en Occident -   et ajoutons l’Extrême Orient et le Pacifique - dans un confort inégalé dans l’histoire humaine. Même lorsqu’on évoque la pauvreté et l’extrême pauvreté, on l’estime à quelque 15 % seulement de la population, dont un certain nombre d’immigrés provenant d’autres continents. Ce taux s’établissait, il y a deux siècles, autour de 80 % !

La persécution des Juifs sous l'Occupation.

Le Sénat a voté, le 24 janvier dernier, une résolution dans laquelle il est spécifié que l’Etat (belge) est responsable des persécutions dont a été l’objet la population juive sous l’Occupation. Du reste, nos premiers ministres et les autorités communales anversoises s’étaient exprimés dans ce sens. Un ouvrage publié par la CEGES sous la direction de Rudy Doorselaere avait aussi mis en cause une responsabilité des autorités publiques, principalement les administrations communales dans les villes où résidaient les personnes d’origine juive, dont celle d’Anvers, soit 80 % des quelque 55.000 juifs établis dans notre pays à l’époque.

C'est de "l'Histoire Ancienne" !

La protection de la vie privée est relativement bien encadrée dans notre pays. Néanmoins, les « personnes publiques » (hommes et femmes politiques, administrateurs d’importantes sociétés anonymes) ne bénéficient pas de la même protection de la vie privée qu’un citoyen ordinaire, car elles sont supposées incarner auprès du public les valeurs morales qui ont cours à un moment donné dans notre société.

Le monde peut-il changer sans que nous ne changions ?

Depuis l’avènement de la « révolution industrielle » aux alentours de 1800, notre société a progressivement changé de visage, d’abord sous l’effet de quelques « grandes » découvertes, comme la machine à vapeur, d’où la locomotive et les chemins de fer. Ensuite, le gaz, le pétrole, l’électricité, ce trio ayant multiplié les sources d’énergie de manière jugée démesurée à l’époque.

La vie a-t-elle encore la même valeur humaine dans notre société actuelle ?

Suite aux tueries de Toulouse et de Montauban, des sociologues se sont demandés si la valeur que représente la vie humaine dans la société occidentale n’était pas en train de changer.