La "futilité" des conflits armés

C’est ainsi que s’exprimait James Carroll du « Boston Chronicle », article repris par la « New York Times » du 19 août 2009 (page 7).  La série « Apocalyste » par la RTBF nous renforce dans ce sentiment.  Comment imaginer qu’un homme  -  et rarement une sommité intellectuelle  -  entraîne son peuple dans des aventures qui, à l’exception de l’une ou l’autre, aboutissent à un désastre national,   sinon  à un désastre international.

C’est lorsqu’une nation est confrontée à une crise profonde (politique, économique ou sociale), que l’homme « providentiel » entrevoit une chance de s’approprier le pouvoir en promettant une « révolution »  -  cd. un changement radical par rapport au passé !  Bien entendu,  une « révolution »  ou ce qui est présenté comme tel, postule les « pleins pouvoirs » et donc la suppression ou la suspension des droits humains permettant de s’y opposer.   Dans de rares cas, l’homme « fort » du pays et son parti s’engagent à rétablir un régime démocratique et le font, comme au Chili, sous le régime du Général Pinochet et la Pologne sous l’autorité du Général Jaruzelski.

Pareil scénario s’est répété des douzaines de fois de par le monde depuis la Première Guerre Mondiale.  Dans la plupart des cas, le régime totalitaire qui coiffe la « révolution » s’illustre non seulement par l’abrogation des droits de l’Homme, mais, à chaque fois, par des « disparitions », des « assassinats » et des éliminations de centaines, voire  des milliers d’opposants ou présumés opposants sur le plan intérieur.  Lorsqu’un tel cas de figure survient dans un Etat qualifié de « grande puissance » (par exemple le « Troisième Reich »), les exactions  et oppressions s’étendent à l’étranger à la faveur de conquêtes avec ou sans conflits armés.

Néanmoins, au bout du compte, les nations démocratiques seront appelés à réagir  face au déni  des droits de l’Homme et/ou une atteinte à la souveraineté  d’un Etat reconnu par la collectivité internationale.  Depuis peu, le droit international a admis l’ingérence internationale,  lorsqu’un Etat procède à des actes génocidaires contre une fraction de sa population. En finale, la « révolution » se traduit par des milliers de morts.  Dans les cas les plus  graves par des millions et des dizaines de millions de morts.  La Seconde Guerre Mondiale, déclenchée par la Führer Adolf Hitler, a coûté la vie à plus de 50 millions d’hommes et de femmes.  Précisons que le règne de terreur sans Staline  n’a pas été en reste, puisqu’il a provoqué sur une période plus longue il est vrai (25 ans contre les 4 ans de la Seconde Guerre Mondiale) la mort de plusieurs dizaines de millions de personnes.

La moralité de ce rappel des faits est que :

  1. la liberté, cd. le respect des droits de l’Homme  aussi imparfait soit-il   est préférable en toute circonstance à un régime révolutionnaire, nécessairement totalitaire.
  2. un homme politique, quel qu’il soit, doit savoir que son pouvoir, le pouvoir, est fragile et soumis à la critique de tout un chacun et en particulier de l’opposition.
  3. lors d’une guerre, ce ne sont pas uniquement les pertes humaines civiles et militaires, mais également les personnes blessées et traumatisées qui entrent en ligne de compte.  A quoi il y a lieu d’ajouter les destructions, qui frappent le patrimoine d’un pays et dont le coût se chiffre à des milliards, voire des dizaines de milliards d’Euros.
  4. les conflits armés sont « futiles ».  Le seul pays de l’Amérique Latine ne disposant pas d’armée est le Costa Rica.  Il est aussi le seul à ne pas avoir connu de coup d’Etat et de guerre civile !

Quelle solution alternative ?

Remplacer, progressivement d’ici 50 ans,  l’armée par une  gendarmerie  ou une police nationale équipée, non pour « faire la guerre », mais pour assurer l’ordre public, cd.  la paix intérieure du pays, hormis les Etats qualifiés de « grandes puissances » par ordre alphabétique :

  • Chine
  • Etats-Unis d’Amérique
  • Inde
  • Russie
  • Union Européenne

 A titre transitoire, les Etats suivants seraient considérés encore comme « grandes puissances» :

  • Afrique du Sud
  • Canada
  • Egypte
  • France
  • Iran
  • Israël
  • Pakistan

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir