Pourquoi certains milieux d'affaires américains ont soutenu le parti du Président Obama.

Les « mid term elections » est l’occasion pour les médias américains de faire le point sur la politique menée par le Président élu ou réélu deux ans auparavant.  Bien que chaque média ait  un penchant soit pour les Républicains, soit pour les Démocrates, quelques uns d’entre eux parmi les   plus influents optent cependant dans de rares circonstances pour le parti qu’ils opposent en temps normal.  Ce qui s’est produit à Wall Street et dans les milieux d’affaires qui ont pris  en considération les trois facteurs suivants :

Le "Tea Party" : une imposture ?

Ce fut Karl Rove,  sans doute le plus efficace stratège politique américain de tous les temps, ancien conseiller politique du Président George Bush junior, qui lança le « Tea Party » après la défaite du candidat Républicain lors des élections présidentielles de 2008.  Comme il avait déniché  Sarah Palin,  la charismatique gouverneur de l’Etat d’Alaska en qualité de colistier de Mac Cain,  celle-ci ayant été particulièrement outrée de la manière dont elle fut traitée par les ténors du parti Républicain lors de la campagne électorale,  vit en elle un chef de file idéal pour le nouveau parti.

La désinformation sur la situation au Moyen Orient.

A plusieurs reprises, le site de B.T.T. a diffusé des réflexions sur la situation au Moyen Orient et mis en évidence la disproportionnalité entre les évènements rapportés et la dimension minuscule des territoires concernés :  la taille de 3 provinces traditionnelles de notre pays, tant pour l’Etat d’Israël que pour les territoires sous obédience palestinienne.

Esquisse d'une solution définitive au conflit du Moyen Orient

Sans la pression de l’Administration Obama et celle du « quartet », Israélien et Palestinien vont entamer des négociations directes.  Elles pourraient se poursuivre « éternellement », discutant chaque détail à l’infini, comme l’ont été toutes celles depuis les Accords d’Oslo de 1993,

L'incident du 31 mai 2010 au large de la Bande de Gaza.

L’incident qui s’est produit le 31 mai 2010 à propos de la flottille humanitaire au large de la Bande de Gaza nous laisse perplexe.  Déjà le refus des autorités israéliennes d’autoriser une enquête onusienne, suite au rapport Goldstone, a fragilisé la crédibilité de l’Etat d’Israël dans l’opinion publique internationale.