Les projets du gouvernement wallon pour 2016. Mythes ou réalités ?

Si l’on doit se réjouir de l’accord obtenu entre le Fédéral et les trois Régions sur la lutte contre le réchauffement climatique, et ce après six années de palabres, l’on s’étonne que les communautés francophones ont tant de peine à se fixer une ligne de conduite commune. 

Les subtilités de la corruption.

La presse a fait état fin février dernier de divers cas de présomptions de corruption, en l’occurrence Serge Kubla et Armand De Decker.  Elle met en lumière cette fois le rôle que peut jouer un intervenant parlementaire, ce qui est plutôt exceptionnel, vu la discrétion que s’efforce d’observer un tel cénacle en la matière.

La politique de taxation cosmétique sur le capital par le gouvernement Michel.

La déclaration gouvernementale d’octobre annonça la couleur : le capital sera taxé à raison d’un demi-milliard d’euros.  Dans le détail, le gouvernement Michel a prévu une dizaine de hausses d’impôts, toutes marginales.  On prévoit qu’elles apporteront chacune au Trésor tout au plus quelques dizaines de millions d’euros.

Les dérives de la N-VA, une menace pour le Gouvernement Michel ?

B.T.T. (« Brussels Think Tank ») n’a pas l’habitude de crier avec les loups !  L’on ne peut s’attendre que les élus N-VA soient de vrais patriotes belges, mais plutôt des patriotes aspirant à une Flandre indépendante. 

Un gouvernement inédit !

Interrogé par France 2, le lendemain de la passation des pouvoirs, l’ex-premier ministre, Elio Di Rupo, n’a pas ménagé la nouvelle équipe gouvernementale.  Était-ce le lieu de tels propos ?  Etonnant de la part d’une personnalité réputée pour sa sagesse et sa modération.