Briser l'antinomie communautaire ?

La crise politique que connaît notre pays depuis les élections de juin 2007 s’expliquent quasi exclusivement par les positions irréductibles de deux principales communautés belges.  Du reste, l’on ne légifère plus tant d’un côté que de l’autre qu’en fonction du seul intérêt de la communauté que l’on représente.

Quels sont les "vrais" problèmes dans notre pays ?

Toute collectivité connaît des problèmes. Et pour les affronter, elle s’organise et confie la «direction des opérations» à une ou plusieurs «autorités» nommées ou élues selon les règles qui la régissent. Bien entendu, la collectivité se préoccupe en principe prioritairement des problèmes essentiels, veillant à sa survie et au bien-être (relatif) de ses membres.

Dans un État évolué, tout litige en sus des problèmes essentiels peut être soumis à l’arbitrage des tribunaux, de sorte que tout problème «mineur» peut être évacué par le biais de l’appareil judiciaire, quoique certains problèmes critiques fassent l’objet quelquefois aussi d’un recours devant le juge.