Quelles économies réaliser lors des deux prochaines législatures ?

Si nos ministres font l'objet de critiques plus ou moins virulentes, nos gouvernants finissent par remplir leur mission, le plus souvent sous l'impulsion du Premier Ministre. Ce fut le cas des gouvernants dirigés par feu Jean-Luc Dehaene, soucieux de maintenir la Belgique au sein du marché unique, du Premier Ministre Yves Leterme, désireux de démontrer les vertus de notre pays durant la présidence européenne, du Premier Ministre Elio Di Rupo, qui assuma avec brio la sortie des 541 jours de crise et paracheva la sixième réforme de l'Etat selon les accords signés par les huit partis de la majorité parlementaire.

L'Etat belge ne fait-il pas fausse route ?

« Un petit Etat ne peut plus se permettre de
se reposer sur lui-même »
« La Belgique dans la nouvelle économie mondiale »
par E.S. Kirschen, juillet 1947 aux éditions Dunod à Paris

Si hormis les partis nationalistes, les autorités de notre pays se félicitent de la 6ème réforme de l’Etat, l’on peut craindre une dégradation du secteur public toutes régions confondues.

Van fransgezind en vlaamsgezind tot waanzin.

Verleden week hebben alle Vlaamse bekende partijen, met uitzondering van de SPA, zich in het tijdschrift “Knack” min of meer uitgesproken tegen het bewind van Kroonprins Philippe als opvolger van Koning Albert II. Deze verrassende verklaringen (veel van hen onder de druk van de N-VA) lijkt ons zeer vreemd. Dit onderwerp werd echter niet in de «regeringsverklaring» van 2011 opgenomen, onderhandeld na 541 dagen. Belangrijke structurele hervormingen werden besproken, waarvan sommige reeds in voege. Andere zullen vóór het einde van 2013 afgehandeld worden.

Faut-il remettre en question la surface financière des "Européens" ?

La BCE (Banque Centrale Européenne) a publié un rapport le mois dernier sur le patrimoine moyen des citoyens européens dans divers Etats-membres. Quoique les chiffres révélés par cette enquête donnent à réfléchir, ils expliquent un certain nombre de choses qui méritent d’être confirmés.

Les litanies sur l'autonomie totale de la Flandre.

La déclaration du ministre régional de la N-VA Geert Bourgeois annonçant que son parti œuvrerait en cas de victoire électorale en 2014 pour une Flandre « totalement autonome », et rompant toute relation de dépendance avec la Wallonie a choqué l’opinion publique. Comme Geert Bourgeois est l’une des figures emblématiques de la N-VA, cette déclaration a produit des réactions virulentes de la plupart des fractions politiques, y compris dans le Nord du pays.