Leçons dont devraient s'inspirer un grand nombre de communes.

 B.T.T. a interviewé le bourgmestre de la ville Knokke-Heist, le Comte Léopold Lippens, en fait un conglomérat de 4 communes depuis la fusion de 1970.

L'enjeu d'une éventuelle abdication du Roi.

 

La décision d’abdiquer appartient au Chef de l’Etat et à lui tout seul, personne n’en disconviendra. Néanmoins, pareille décision, si elle survient, sera réfléchie. Elle tiendra compte d’un ensemble de facteurs que l’on pourrait réunir sous le vocable « l’enjeu ».

Un pronostic peu flatteur pour le sud du pays.

On sait que dans une dizaine d’années, chaque Région et Communauté devra subvenir à ses besoins en vertu de l’accord de gouvernement de 2010. La Région flamande n’aura vraisemblablement aucun problème pour ce faire. Celle de Bruxelles-Capitale s’en sortira plus ou moins bien grâce aux aides spécifiques européennes. La Région germanophone, bien que dépendante en partie de la Région wallonne, saura maîtriser ses dépenses. La Wallonie posera cependant problème, car contrairement aux autres Régions, elle confond politique et gestion de la chose publique, une déviance datant de l’hégémonie du parti socialiste après la Seconde Guerre Mondiale. « Le gouvernement wallon manque-t-il de vision industrielle » s’interroge le président de l’UWE, J.Fr. Heris ?

Lorsque les hommes politiques se piquent de se frotter au droit constitutionnel, alias le confédéralisme.

On sait que depuis sa fondation, la NVA appelle au confédéralisme. La CD&V l’ a suivie durant un certain temps dans la même voie (sous la présidence de Leterme) et puis, maintenant un certain José Happart, dont on ne sait à quel titre, enfonce le clou en lançant un cri d’alarme : négocions dès maintenant avec le Nord du pays l’absolue nécessité d’un confédéralisme, sans quoi il faut s’attendre au pire.

Une tentative de coup d'Etat ? Retour à une vision "archaique" de nos institutions.

L’appel de Bart De Wever, président de la NV-A, au Premier Ministre Di Rupo suite à la publication des résultats des élections communales et provinciales, a recueilli un accueil plutôt favorable dans l’opinion publique. En termes juridiques cependant, cet appel revêt un caractère politique peu conforme à nos traditions.