Immigration et xénophobie, un faux départ.

La nomination par le Roi d’Elio Di Rupo en qualité de préformateur  -  et probablement à une date non encore fixée, chef de gouvernement  -  est une première en Belgique.  Il sera, dans ce cas, le premier Premier Ministre qui ne soit pas issu d’une famille d’origine belge.  Sera-t-il un « bon » Premier Ministre? 

Schéma d'un système de sécurité sociale.

SCHEMA  D’UN SYSTÈME DE SECURITE SOCIALE –TYPE,   PRESUME EQUILIBRE,  EFFICACE ET A UN COUT RAISONNALBE POUR L’ECONOMIE DU PAYS ET POUR LE BUDGET DU CITOYEN DANS TOUT PAYS DEVELOPPE.

I. SERVICES MEDICAUX

  1. Consultations médicales (médecins conventionnés seulement mais de son choix)
                      Selon le niveau du coût de la vie de l’Etat (USA par exemple)

                     A                                                     B                                             C

zone rurale/zone urbaine         zone rurale/zone urbaine   zone rurale/zone urbaine
       100             130                             120             150                      140              170

-  sur la base de 100
-  weekend  + 50 %
-  à domicile en semaine :  entre  8 et 18 h  + 30 %

                                                entre 18 et  8 h  + 50 %

-  à domicile en weekend : entre  8 et 18 h  + 50 %

                                                entre 18 et  8 h  + 100 %

-  sauf exceptions, le patient intervient pour 10  %

 

    2.  Médicaments  (le fédéral négocie les prix ;  chaque Etat fédéré achète pour les facturer aux intermédiaires professionnels de l’Etat en question) :

        a)il y a les médicaments « gratuits »  

        b)les génériques sont nécessairement prescrits étant assujettis (10 % à charge du patient)  

       c)les médicaments de marque peuvent être prescrits aux personnes qui souscrivent à une assurance complémentaire, mais avec 20 % de la part des patients au lieu de 10 % pour les génériques.

N.B. :  en cas de contestation non-résolue : le juge tranchera

 
      3 .Hospitalisation (selon Etat et zone)

      base 100 par journée d’hospitalisation à charge du patient durant 30 jours consécutifs maximum, sauf exception

                     A                                                  B                                               C
               zone rurale/zone urbaine       zone rurale/zone urbaine        zone rurale/zone urbaine
                      100       130                          120      140                                   140               180
org.social :  200            260                           240      280                                      280                   360

N.B. : a)  aucun supplément sauf téléphone
            b) hôpitaux universitaires : majoration de 25 % pour chacune des parties

 

      4.   Actes médicaux hors chirurgie
Le Fédéral  fixe un prix de base, adaptée chaque fois selon l’Etat et la zone pour chaque acte médical.  Ce prix englobe tous les soins, propres à l’acte médical.  Le patient intervient pour 10 % sur le prix de base.  Une convention entre les médecins et le centre médical répartit les 90 % restants.

 

      5. Actes chirurgicaux
Le Fédéral fixe un prix de base, adapté chaque fois selon l’Etat et la zone pour chaque acte chirurgical.  Ce prix englobe tous les soins propres à l’acte chirurgical durant un maximum d’un mois, sauf :
   -   prothèse (prix uniforme fixé par le Fédéral, mais adapté selon Etat et zone)
   -   soins intensifs (prix de la journée est doublé)
Pour tout acte chirurgical, il y aura 2 tarifs : celui fixé pour l’hôpital et celui en faveur du chirurgien.  Le patient n’intervient que dans les honoraires du chirurgien à raison de 10 %.

 

      6.  Maladies chroniques
Après le 1er mois, le patient n’intervient plus.


II.  FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE

A.  Les entreprises : contribution de 3 % sur tout salaire (quelle que soit sa forme en vue de financer un fond contre le chômage.

B.  Pensionnés effectifs : sur base des déclarations fiscales
            1 %   jusqu’à € 20.000
            2 %   de  € 20.000 à € 30.000
            3 %   au-delà et jusqu’à € 50.000

C.  Enfants et conjoints ne travaillant pas :
      a)  enfants mineurs :     -   tout est gratuit jusqu’à 16 ans révolus
                                           -   à partir de 16 ans (si non marié et non actif) à charge des      
                                               parents jusqu’à 25 ans révolus
      b)  conjoint non actif :       à charge du conjoint actif

 

III.  ASSURANCES ADDITIONNELLES

1.  Assurances complémentaires couvrant :
     -   les cas non prévus, sauf hospitalisation
     -   les médicaments non réglementés
     -   les soins urgents d’un jour
Coût :  1 % des salaires ou des revenus selon la déclaration fiscale

2.  Assurance hospitalisation :
      -  1 %   des salaires pour les assujettis de moins de 50 ans
      -  2 %   des salaires pour les assujettis de 50 à 65 ans
      -  3 %   des revenus de la déclaration pour les assujettis de 65 ans et plus

Plusieurs questions se posent :

  1. les recettes suffiront-elles à  couvrir les charges pour  tous les acteurs de la sécurité sociale ?
  2. n’y a-t-il pas de situation déséquilibrée (en trop ou trop peu) ?
  3. les prix des médicaments auront-ils été négociés sans excès ?
  4. aura-t-on constitué un fonds de réserve ?
la recherche sur les plans médicaux et pharmaceutiques n’est-elle pas  freinée par un encadrement trop rigide du système ? Notamment le fait que l’on l’a conçu de manière à éviter autant que possible que se forment des niches pour certains privilégiés. 

La mobilité en question.

Le départ de DHL de Zaventem vers  Bonn, Leipzig et  Prague, ainsi que la menace de fermeture de l’usine Bayer à Anvers, sans compter celle des usines Opel,  doivent nous inciter à réfléchir, d’autant plus que, selon certaines sources,  notre pays n’a plus la cote auprès des investisseurs américains.

Faits méconnus sur la sécurité sociale américaine

Comme c’est le cas trop souvent en Europe, on cite des statistiques américaines  -  en principe correctes  -  sans analyser les faits qu’elles représentent.  C’est notamment le cas des 46 millions de citoyens américains dépourvus d’un contrat d’assurances santé. Un autre fait est cité aussi fréquemment :   la durée de vie moyenne inférieure des Américains comparée à celle recensée  dans les pays de l’Europe occidentale, alors que les Etats-Unis sont dotés, d’une manière générale,  des meilleurs équipements médicaux au monde.

Un terrorisme "social" ?

Au mois de juillet dernier, le personnel licencié de certaines usines françaises ont menacé de faire sauter l’entreprise au cas où la direction ne rencontrait pas leurs revendications consistant en une prime de licenciement allant de 30.000 € à 50.000 € selon l’entité concernée, bien que la législation française prévoie déjà des indemnités et allocations dans pareille circonstance.